video Imagine

Parcours de qualification 2006



Il faut compter pour cette boucle environ 10 jours tout seul. J'ai pu obtenir par l'UCPA 13 jours. J'ai une fenêtre météo pour partir le mercredi. Ils annoncent du vent en Manche et mer d'Irlande pour la fin de semaine.
Je pars donc mercredi vers 11h un vent léger m'amène jusqu'au plateau de Roche Bonne (sud ouest de l'île d'Yeu) que je contourne dans la nuit. Le vent adonne, je peux envoyer le gennaker puis le spi et je mets le cap sur la pointe bretagne. Pierre-Yves, mon routeur m'annonce que l'anticyclone s'affaiblit plus rapidement que prévu, donc la dépression passera plus bas et plus tôt en se renfor&cdille;ant. C'est pas rassurant...
La deuxième journée se passe bien, il n'y a pas beaucoup d'air mais Imagine glisse doucement et sûrement. Moi, je me repose bien. Début de nuit, j'ai de nouveau Pierre-Yves au téléphone, c'est pas la joie.

Soit je continue, j'arrive vite là haut mais pour redescendre, 35-40 nds de face avec une mer de 7mètres, là dur dur. En plus c'est du casse bateau, ils annoncent ce vent pour 48h environ.
Soit je fais un stop (autorisation de la classe mini) au port, pour partir juste derrière cette dépression.

Je ne me sens pas d'aller me faire pourrir en Manche, je décide de relâcher dans un port de Bretagne et d'attendre la queue de la dépression.
Le lendemain matin, après avoir cogiter toute la nuit, je franchis la pointe du raz de Sein. J'arrive au port de Camaret le vendredi en fin d'après midi. Au programme, petit bricolage, nettoyage du bateau et le départ est pour dimanche à 5h du matin.
Toute la journée de samedi, le vent souffle, il pleut. Je prépare la suite de la navigation dans mon studio de 2 mètres carré. Il faut que je reparte dimanche très tôt et que j'attaque pour être rapidement au sud de l'Irlande. Il y aura encore 25 nds de vent mais &cdille;a chute rapidement dans la nuit de dimanche à lundi. Ensuite c'est très mou.

C'est repartit, il y a 25 nds, un épais brouillard. Je louvoie pendant une petite heure pour me présenter à l'entrée du chenal du Four (entre l'île d'Ouessant et la côte). Toujours dans un épais bouillard je ne vois strictement rien, uniquement le GPS qui me donne la route à suivre. Dès que je suis à 100m , il sonne, là, il faut que je me rappelle si je dois aller à tribord ou à bâbord. Sinon, je suis sur les cailloux, et surtout, j'espère que je n'ai pas fait d'erreur en rentrant les coordonnées géographiques du point car dans ce cas je ne sais pas où je vais.
Mon trouillomètre est à son maximum. Je navigue à 9 nds, sans rien y voir. Le pilote n'accroche pas car je suis un peu surtoilé (j'attaque). 4 heures plus tard, je rentre dans le rail d'Ouessant, mon détecteur de radar sonne tout le temps, j'ai envie de l'arrêter tellement il m'énerve et passer le 1er rail à l'aveuglette, c'est la roulette russe...

Fastnet 2006

Dans le rail, mon détecteur s'allume de partout et le bip est de plus en plus long et fort. Un cargo est là, mais où... Je distingue un masse plus sombre dans ce dense brouillard, elle se rapproche. Je pousse la barre, un peu trop. Le bateau passe le lit du vent, j'ai viré. Catastrophe

La grand voile est prise dans la bastaque sous le vent, la quille pivotante est sous le vent, tout le matériel aussi. Imagine se met travers au vent et à la houle de 5-6m et reste couché. Les vagues se brisent sur Imagine...
Le temps de redresser le bateau, c'est-à-dire reprendre la bastaque au vent, libérer celle qui empêche la grand voile de partir sous le vent, border le solent du bon côté. Il me faut 4-5 minutes. Je descends à l'intérieur pour mettre la quille du bon côté. L'intérieur est inondé par de l'essence. Les 20 litres nécessaires au groupe électrogène se sont déversés, le bidon s'est ouvert en volant de l'autre côté.
J'ai eu très peur, je suis trempé, et maintenant, j'ai une migraine et le mal de mer après avoir épongé les 20 litres d'essence.
Pendant 15 minutes, je cogite, je me sens mal. Je décide de revenir sur Camaret et de mettre un terme à cette tentative de qualification, la rage au ventre. Une partie de mon rêve s'achève mais pas le projet qui est de se faire plaisir dans cette série, continuer à apprendre. Mais il me faut plus de temps pour m'habituer aux conditions plus difficiles.

Je ne navigue pas assez avec Imagine, seulement 2 courses par an, ce n'est pas assez!

shockwave shockwave Joindre le webmaster